Nº 10 2013 > Etablissements universitaires — L'innovation au service de la société

La société vieillissante et les TIC
Un nouveau marché porteur?

Naoko Iwasaki
Professeur associée à l'Institut de cybergouvernement, Université Waseda, Tokyo (Japon)

Naoko Iwasaki Professeur associée à l'Institut de cybergouvernement, Université Waseda, Tokyo (Japon) L'actrice japonaise Shinobu Otake présente le smartphone «Raku-Raku» spécialement conçu pour les personnes âgées
Naoko Iwasaki Professeur associée à l'Institut de cybergouvernement, Université Waseda, Tokyo (Japon)
L'actrice japonaise Shinobu Otake présente le smartphone «Raku-Raku» spécialement conçu pour les personnes âgées

Face au vieillissement des sociétés du monde entier, les technologies de l'information et de la communication (TIC) offrent des moyens de remédier à cette évolution. Une politique rationnelle des TIC permet de fournir des services et outils adaptés aux besoins des personnes âgées. Il est particulièrement important d'améliorer l'accès de ces personnes aux services en ligne pour leur faciliter la vie quotidienne. Les TIC peuvent jouer un rôle essentiel pour les personnes âgées dans quatre grands domaines: les infrastructures; les liens avec l'extérieur; les communications; enfin, l'amélioration de la vie quotidienne. Au Japon, par exemple, les personnes âgées apprécient tout particulièrement les applications qui leur donnent accès aux services sociaux et à des activités régionales. Elles bénéficient en outre d'un accès à des possibilités de formation, par exemple par le biais de l'Internet.

Le Japon — préfiguration des sociétés vieillissantes

Le Japon est le pays qui a le ratio le plus élevé de personnes âgées de plus de 65 ans par rapport à sa population totale — 21,5% en 2013. C'est aussi le pays où l'espérance de vie est la plus longue. En 2012, elle était en moyenne de 79 ans pour les hommes et de 86 ans pour les femmes. Le vieillissement de la société va donc poser des problèmes, non seulement au Japon, mais aussi à tous les pays du monde.

Même si à l'heure actuelle, le pourcentage de personnes âgées dans les pays en développement reste relativement faible, selon les estimations des Nations Unies, il augmente plus rapidement dans ces pays que dans les pays développés. Les pays en développement auront donc moins de temps pour s'adapter aux conséquences de ce vieillissement. Depuis une bonne trentaine d'années, on compte davantage de personnes âgées dans les pays en développement que dans les pays développés. Rien qu'en Chine, le nombre de personnes de plus de 60 ans devrait atteindre les 400 millions (soit 26% de la population totale) en 2040. Ce chiffre est supérieur au nombre d'habitants de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon et du Royaume-Uni, tous ces pays confondus. On voit donc que nous n'avons pas de temps à perdre si nous voulons mettre en place des politiques visant à satisfaire les besoins des personnes âgées.

Les pays d'Europe et d'Asie, comme la Chine ou la République de Corée, s'intéressent à la façon dont le Japon se prépare au vieillissement de sa société. Le Japon a la possibilité de bâtir un modèle d'utilisation efficace des TIC dans une société vieillissante.

Le vieillissement de la population au Japon et ses conséquences sociales

En 2050, environ 40% des habitants du Japon auront plus de 65 ans. En outre, le nombre total d'habitants du pays diminue progressivement depuis 2004. Le Japon est aujourd'hui la seule société au monde qui fait l'expérience du recul démographique, conjugué à l'extrême vieillissement de sa population. Face à ce bouleversement, les politiques actuelles sont inadaptées et il faudra en imaginer d'autres.

Les chiffres présentés dans le tableau ci-dessous font apparaître certaines des grandes tendances sociales associées au vieillissement de la population japonaise, mais ils ne rendent pas compte du problème dans sa totalité. D'après les chiffres disponibles en 2013, on prévoit que dans 40 ans, le Japon aura perdu plus d'un quart de ses habitants.

Selon une enquête réalisée auprès de quelque 300 personnes de plus de 60 ans par l'Institut de cybergouvernement de l'Université Waseda et par d'autres centres de recherche, quelque 80% des personnes âgées au Japon peuvent être qualifiées de «personnes âgées actives». Environ 80% des retraités sont à la recherche d'un emploi, mais seulement 20% d'entre eux réussissent à en trouver un.

Des technologies accessibles et faciles à utiliser

Selon une enquête réalisée en 2010 auprès de quelque 300 personnes de plus de 55 ans par l'Institut de cybergouvernement, 80% des personnes interrogées pouvaient utiliser des moyens TIC et le faisaient quotidiennement. Sur ce nombre, 50% avaient appris comment les utiliser par leurs propres moyens, 20% avaient bénéficié d'une aide, 18% étaient d'avis qu'aucune explication n'était nécessaire parce que les instructions allaient de soi et 6% estimaient que les instructions d'emploi étaient faciles à suivre. La plupart des personnes âgées au Japon savent se servir d'un téléphone mobile et de l'Internet sur mobile. Celles qui ne savent pas utiliser ces technologies veulent pouvoir le faire pour autant que l'occasion d'apprendre leur soit donnée.

Un marché très porteur

Les personnes âgées détiennent au Japon 60% de tous les avoirs financiers individuels, à hauteur de 1,6 quadrillion de yens. Les dépenses nationales de soins de santé sont pour moitié imputables aux plus de 65 ans. Environ 70% des personnes blessées lors de grandes catastrophes, par exemple du tsunami de 2011, étaient des personnes âgées.

Le marché des TIC au service des consommateurs âgés — ou marché des TIC pour seniors — est porteur d'un immense potentiel au Japon, qu'il s'agisse de la participation en ligne, de l'administration publique en ligne ou de la cybersanté (voir le diagramme). Ces secteurs vont connaître une expansion fulgurante avec l'extrême vieillissement de la société. Les équipements et moyens TIC que les personnes âgées jugent faciles à utiliser contribueront à réduire la fracture numérique qui sépare aujourd'hui les personnes âgées actives des seniors inactifs, et pourraient leur devenir indispensables pour garder le contact avec l'extérieur en cas de catastrophe.

Quelle pourrait être l'ampleur de ce marché des seniors? Selon une estimation de l'Université Waseda, ce marché pourrait peser 1 000 milliards USD en 2035.

L'un des grands problèmes posés par le vieillissement de la société est celui de l'amoindrissement des capacités physiques des personnes âgées, et c'est là que les TIC ont un rôle à jouer. Par exemple, en 2001, NTT DoCoMo a fait œuvre de pionnier en commercialisant un téléphone mobile, le Raku-Raku, facilement utilisable par les personnes âgées. Les médias sociaux comme Twitter, Facebook et LINE font désormais partie de notre vie quotidienne et ont joué un rôle important dans la diffusion d'informations lors de la catastrophe qui a frappé le Japon en mars 2011.

Besoins en matière de recherche et collaboration

Le vieillissement de la société va être déterminant pour l'avenir du Japon. Au vu des problèmes posés, il importe de chercher à innover et d'encourager les nouveautés TIC adaptées aux besoins spécifiques des personnes âgées.

Dans une première étape, il faut passer en revue les initiatives prises par les pouvoirs publics, par exemple en matière de cybersanté et de cyberaccessibilité, et évaluer jusqu'à quel point les infrastructures, appareils, interfaces, services et applications répondent aux besoins des personnes âgées au Japon.

Afin de trouver des solutions à ces problèmes, l'Institut de cybergouvernement de l'Université Waseda coopère avec l'UIT ainsi qu'avec l'Organisation de coopération économique Asie-Pacifique (APEC), l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), entre autres organisations internationales.

Un projet financé par l'APEC a permis de créer une plate-forme utile d'échange de connaissances sur l'innovation pour des applications TIC destinées à aider les personnes âgées et les personnes handicapées. Ce projet a permis d'évaluer les résultats obtenus dans la mise en service de ces technologies et de la formation dispensée dans les pays participants. Il a en outre permis de créer un nouveau modèle économique pour l'innovation sur le marché des TIC destinées aux seniors.

Dans le cadre d'une initiative de l'OCDE, le Japon a, en 2011, aux côtés du Danemark, de la Finlande, de l'Italie, de la République de Corée et de la Suède, réfléchi à des mesures visant à encourager le développement d'une économie des TIC pour les seniors. La conclusion a été que le plus important était de créer une plate-forme utile d'échange de connaissances sur les méthodes consistant à mettre des applications TIC en constante évolution au service d'une population vieillissante.

Depuis 2005, l'UNESCO, par son réseau UNITWIN, s'efforce d'aider à la recherche de solutions à divers problèmes, par exemple concernant la sensibilisation en ligne aux dangers des catastrophes, et de recommander des mesures visant à améliorer la mise en œuvre des initiatives pour assurer la sécurité du public dans l'univers en ligne.

L'UIT pourrait prendre la tête des activités menées par la communauté internationale dans ce domaine. La normalisation des équipements TIC les rendra plus facilement accessibles et utilisables, avec l'appui d'un programme de formation de base aux TIC pour les personnes âgées. Au terme des recherches entreprises par l'Université Waseda, il a été proposé de mettre en place un cadre institutionnel favorisant la convergence entre la société de l'information et la société vieillissante, cadre dans lequel le Japon pourrait servir de laboratoire pour les innovations TIC visant à aider les personnes âgées, et de renforcer la collaboration internationale entre l'UIT, l'OCDE, l'APEC et l'UNESCO, en vue de créer un réseau TIC pour les seniors.

A propos de l'auteur

Naoko Iwasaki est titulaire d'un master et d'un doctorat (PhD) obtenus à l'Université Waseda de Tokyo. Ses recherches sont axées sur la convergence entre la société de l'information et la société vieillissante, ainsi que sur le rôle des directeurs des systèmes d'information dans les secteurs public et privé. Elle a notamment publié «Aging Society and ICT» et «Silver ICT innovation saves super aging society».


 

Attribuer des fréquences pour un monde qui change

Conférence mondiale des radiocommunications de 2015

Dans ce numéro
No.5 Septembre | Octobre 2015

Audiences avec le Secrétaire général:

Visites officielles

Audiences avec le Secrétaire général|1