Nº 5 2015 > Attribution du spectre aux régions du monde

Region 1 — Représenter la Communauté des Etats indépendants

Albert Nalbandian (Arménie)
Président du Groupe de travail chargé de préparer la CMR-15 et l’AR-15, Communauté régionale des communications (RCC)

Albert Nalbandian (Arménie), Président du Groupe de travail chargé de préparer la CMR-15 et l’AR-15, Communauté régionale des communications (RCC)
Albert Nalbandian (Arménie), Président du Groupe de travail chargé de préparer la CMR-15 et l’AR-15, Communauté régionale des communications (RCC)

Alors que la demande d’accès au spectre est de plus en plus forte de la part des utilisateurs, il est nécessaire de mettre à jour le Règlement des radiocommunications de manière prompte et efficace. La révision du Règlement des radiocommunications, traité international qui régit l’utilisation du spectre des fréquences radioélectriques et des orbites de satellites géostationnaires et non géostationnaires, relève de la compétence de la Conférence mondiale des radiocommunications de l’UIT (CMR).

L’ordre du jour de la CMR-15 couvre une grande variété de sujets, qui ont trait au spectre (de 8,3 kHz à 3000 GHz) ainsi qu’à la plupart des services et applications de radiocommunication, des systèmes analogiques à bande étroite aux systèmes d’accès hertziens numériques à large bande. Cette diversité permet de mesurer l’importance que revêt la CMR pour les utilisateurs du spectre radioélectrique, qu’il s’agisse des instances gouvernementales, des particuliers ou des utilisateurs commerciaux. Par ailleurs, la disparition d’un vol de la Malaysia Airlines en mars 2014 a incité la Conférence de plénipotentiaires de l’UIT à faire inscrire d’urgence à l’ordre du jour de la CMR-15 la question du suivi des vols à l’échelle mondiale pour l’aviation civile, y compris divers aspects de cette question.

Des propositions communes élaborées par chacun des six groupes régionaux sont soumises en ce moment à la Conférence, et aideront considérablement les participants à établir un consensus sur les différents points qui figurent à l’ordre du jour.

Les propositions communes des administrations de la Communauté régionale des communications (RCC) se fondent sur la nécessité:

  • d’assurer l’exploitation harmonieuse des radiocommunications ainsi que la poursuite de leur amélioration, compte tenu de la mise au point de nouvelles technologies;
  • de concilier les intérêts des systèmes existants et des nouveaux systèmes des divers services de radiocommunication;
  • de préserver les capacités techniques et économiques des Etats Membres de l’UIT, qui diffèrent selon les Etats Membres.

Les membres de l’UIT accordent une importance grandissante au processus des CMR pour ce qui est d’améliorer les procédures réglementaires, de répondre aux besoins de ressources d’orbite et de spectre pour les nouvelles technologies, et de définir le cadre technique nécessaire à une exploitation des systèmes de radiocommunication exempte de brouillages.

Le succès d’une CMR passe par une bonne préparation, ce qui suppose une coopération au sein de chaque région et une coordination entre les régions, ainsi que des compromis entre les parties pour établir des consensus. C’est ainsi que l’on pourra faire bénéficier à chacun d’un accès large bande à l’information, à tout moment et en tout lieu.



 

Attribuer des fréquences pour un monde qui change

Conférence mondiale des radiocommunications de 2015

Dans ce numéro
No.5 Septembre | Octobre 2015

Audiences avec le Secrétaire général:

Visites officielles

Audiences avec le Secrétaire général|1