Nº 5 2015 > Protection du public et secours en cas de catastrophe

Le spectre sauve des vies — l’harmonisation économise de l’argent

Phil Kidner
Directeur exécutif, TCCA

Phil Kidner, Directeur exécutif, TCCALe spectre sauve des vies — l’harmonisation économise de l’argentLe spectre sauve des vies — l’harmonisation économise de l’argent
Phil Kidner, Directeur exécutif, TCCA

Tout comme la société bénéficie des avantages offerts par le large bande mobile, les services d’urgence (police, pompiers, ambulances, etc.) peuvent eux aussi tirer profit du large bande. A ceci près qu’ils impliquent certaines exigences supplémentaires à respecter. Les employés de ces services œuvrent dans des conditions difficiles et parfois très dangereuses pour nous porter secours. La Conférence mondiale des radiocommunications de 2015 (CMR-15) de l’Union internationale des télécommunications (UIT), qui se tiendra à Genève, sera l’occasion de libérer des bandes de fréquences pour les communications des services d’urgence ou «communications essentielles à la réalisation de missions» pour sauver des vies et économiser de l’argent.

Les communications essentielles à la réalisation de missions reposent sur des systèmes de communications mobiles fiables et sécurisés, qui sont essentiels pour assurer la disponibilité continue des services critiques en cas d’urgence. Les utilisateurs de ce type de communications sont généralement les organismes chargés de l’application de la loi et les autres services d’urgence pour la protection publique et les secours en cas de catastrophe (PPDR). Les équipements spécifiques à ces communications comprennent le matériel et les logiciels ainsi que la capacité (du spectre) des fréquences radioélectriques nécessaire pour transmettre et partager des informations entre les unités de terrain et les centres de commande.

Les organismes de protection du public et de secours en cas de catastrophe sont mandatés par la loi pour offrir à la société un niveau de service particulièrement élevé. Afin de mener à bien les opérations essentielles à l’exécution de leur mission, ils ont besoin de solutions d’information et de communication spécifiques pour les données vocales et à large bande. De tels systèmes sont nécessaires pour résoudre des affaires criminelles, combattre les incendies, porter secours aux victimes d’accidents et intervenir dans toutes les situations d’urgence pour sauver des vies humaines et des biens.

Les opérations essentielles à la réalisation de missions nécessitent des communications robustes, sécurisées et disponibles, qui ne peuvent pas être assurées par les fournisseurs de services de radiodiffusion commerciaux seuls. Du point de vue de la communauté PPDR, les organisations gouvernementales doivent nécessairement contrôler un spectre radioélectrique suffisant harmonisé à l’échelle mondiale pour pouvoir fournir des services essentiels à la société. Par conséquent, tout le secteur PPDR encourage les gouvernements, via les régulateurs, à identifier les besoins de la société en matière de services PPDR efficaces et à travailler à l’obtention d’une gamme large bande harmonisée au niveau mondial lors de la CMR-15.

Considérations relatives aux communications essentielles à la réalisation de missions

Le large bande mobile offre des opportunités en matière de développement et d’utilisation des services de communication améliorés pour les opérations essentielles à la réalisation de missions. Cependant, vu que le spectre est généralement attribué aux enchères à des opérateurs de réseaux mobiles commerciaux, il est très facile de tomber dans le piège de vouloir impartir des services de communication essentiels à la réalisation de missions sur le marché commercial. Dans le cas où les services PPDR sont fournis par les opérateurs de réseaux mobiles commerciaux, la capacité du spectre est partagée avec les entreprises et le public, même en cas d’incident grave où des vies humaines et des biens sont en jeu. L’expérience nous enseigne que les opérateurs commerciaux ne sont pas toujours capables de garantir la disponibilité, la sécurité et la stabilité des communications, en particulier lorsque des communications fiables sont plus que jamais nécessaires et lorsque le temps est un facteur crucial.

Si l’on envisage de recourir aux services essentiels aux missions des opérateurs de réseaux mobiles commerciaux pour fournir des services de communication PPDR, les questions relatives à la couverture, à l’accès prioritaire, à la préemption, à l’itinérance, à l’interopérabilité et à la sécurité devront être prises en considération et examinées en détail — notamment du point de vue des applications PPDR. Les services PPDR ont également besoin d’une couverture dans les zones non habitées. Les réseaux mobiles commerciaux peuvent fixer des priorités en matière de trafic, mais cette capacité repose sur une différenciation statique entre les abonnements, alors que les services PPDR requièrent une différenciation dynamique de situation selon la tâche à effectuer, la situation, la localisation et le degré d’urgence. Les réseaux commerciaux ne tiennent pas compte aujourd’hui de ces priorités et les opérateurs de réseaux mobiles ne sont pas disposés à accorder la priorité aux services PPDR lorsqu’une application est exploitée sur leurs réseaux.

Contrairement aux systèmes à large bande, les systèmes actuels de radiocommunication PPDR à bande étroite reposent sur le principe dit des “4C”:

  • Couverture: conçue pour répondre aux exigences spécifiques d’une organisation, que les gens habitent là ou non.
  • Capacité: développée pour traiter l’utilisation en période de pointe, via des bandes de fréquences dédiées assujetties à licence et de taille adaptée aux besoins spécifiques de chaque organisation pour garantir l’acheminement de tous les appels.
  • Coûts: coûts prévisibles, sans frais supplémentaire de temps d’antenne comme ceux pouvant être associés aux téléphones cellulaires.
  • Contrôle: degré élevé de contrôle sur la spécification, la conception, la hiérarchisation, les caractéristiques et l’exploitation des systèmes — permettant de garder la main sur la salle de contrôle.

Il est important de retrouver ces quatre éléments propres aux systèmes actuels de radiocommunication PPDR à bande étroite dans les systèmes à large bande mobile.

Les arguments commerciaux traditionnels en faveur des communications mobiles qui produisent des analyses d’impact ont souvent du mal à établir clairement la valeur des services d’urgence efficaces pour la société, le sujet pouvant revêtir un caractère hautement politique. Plusieurs régulateurs ont affirmé que la valeur sociale des services d’urgence efficaces ne pouvait être incluse dans la définition des critères applicables aux opérateurs mobiles. Toutefois, il existe deux grands facteurs qui jouent en faveur d’un spectre harmonisé et identifié pour les services d’urgence: le besoin d’une meilleure communication en cas de catastrophe et la possibilité d’améliorer les résultats économiques pour fournir des services d’urgence plus efficaces au quotidien.

Comment l’harmonisation peut-elle engendrer des économies?

Il ne s’agit pas uniquement de l’équipement ou de l’opérateur utilisé ni des infrastructures de raccordement ou de la façon de mettre en œuvre les services de sécurité publique. Les applications PPDR nécessitent l’affectation de bandes de fréquences additionnelles pour améliorer l’efficacité des communications d’une importance cruciale pour la réalisation de missions de même que la sécurité des personnes et des biens. Le spectre est la ressource la plus précieuse qui existe dans le monde hertzien. Il s’agit aussi d’une ressource limitée et tous les rapports prédisent une raréfaction des fréquences pour les services large bande sous la pression de la demande croissante. Les coûts liés à l’identification des bandes de fréquences nécessaires à la fourniture de services PPDR seront à l’avenir encore plus grands et ne cesseront d’augmenter au fil du temps. Il importe donc d’agir au plus vite.

A supposer que les systèmes PPDR utilisent un spectre harmonisé au niveau mondial, les organismes chargés de l’application de la loi et les autres services d’urgence pourraient aussi tirer avantage de pouvoir utiliser les équipements auprès des mêmes vendeurs, ce qui réduirait considérablement les coûts liés à la construction et à l’exploitation des systèmes de communication afférents à une mission essentielle. Ces derniers pourraient également apporter une aide mutuelle internationale dans les situations d’urgence transfrontalières, dans la mesure où ils utiliseraient tous des équipements similaires. Les coûts d’acquisition du spectre seraient ainsi moins élevés, et les coûts d’acquisition et d’entretien des équipements seraient aussi bien inférieurs avec l’harmonisation mondiale du spectre.

Les organismes de protection du public et de secours en cas de catastrophe doivent avoir le contrôle. En contrôlant les services vocaux traditionnels à bande étroite, de nombreux organismes de sécurité publique dans le monde ont bénéficié des meilleurs services vocaux qui soient, ce qui a considérablement réduit les problèmes de communication dans des situations de trouble de l’ordre public. Nous devons exercer le même contrôle sur le spectre utilisé pour les données mobiles.

Le moment est venu d’agir!

La CMR-15 représente une opportunité unique que nous ne pouvons pas laisser passer. Les organismes responsables des services d’urgence pour la protection publique et les secours en cas de catastrophe sont convaincus que leurs besoins en matière de services stratégiques basés sur le large bande ne pourront être satisfaits que si le spectre adopté est coordonné au niveau mondial et identifié au niveau national.

La communauté PPDR a besoin de vous — «le spectre sauve des vies».



 

Attribuer des fréquences pour un monde qui change

Conférence mondiale des radiocommunications de 2015

Dans ce numéro
No.5 Septembre | Octobre 2015

Audiences avec le Secrétaire général:

Visites officielles

Audiences avec le Secrétaire général|1